AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Envie de filer un petit coup de pouce à WSTW ?  :spman:  :spman: 
N'hésitez pas à remonter nos sujets ici PUB PARTY ou à voter pour nous sur le top-site
Merci  :heart:  :sad:  


Et un nouveau design /css + la maj des UN MOIS
Pour fêter l'occasion, une intrigue + une intrigue permanente ! Toutes questions et avis, c'est par ici.

Amethyst ET Kate Lawson, MEMBRES DU MOIS ! Bonne lecture et have fun <3

Partagez | 
 

 intrigue n°2 (sit. 4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
New York
I RULE YOUR WORLD
▷ big brother is watching you.

❖ MESSAGES : 326
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 27/06/2012
❖ POINTS : 47

Voir le profil de l'utilisateur http://wstw.fr1.co
MessageSujet: intrigue n°2 (sit. 4)   Mar 8 Juil - 22:19

Guerre de gangs
 Situation 4




Alors qu'on espérait la fin des affrontements, alors que l'aube se levait sur Brooklyn, une déflagration s'est faite entendre, brisant un instant le brouhaha, ne laissant place qu'à un silence angoissant. Une réaction en chaine, une station service qui explose, des blessés par dizaine et la précipitation, l'inquiétude, la panique, l'arrivée des secours, et tous ceux qui essaient d'aider pendant que les malchanceux crient de douleur ou tentent de se dégager de sous les décombres.

   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calliope White

❖ AGE : +/- 20 ans
❖ STATUT : Célibataire
❖ AVATAR : Lili Simmons
❖ MESSAGES : 54
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 06/06/2014
❖ POINTS : 19

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: intrigue n°2 (sit. 4)   Ven 11 Juil - 9:19

Crash.

Quelques oiseaux qui s’envolaient dans le lointain, deux ou trois taxis qui sillonnaient les rues à toute allure dans un brouhaha de klaxons. Un col blanc pendu au téléphone, manquant de renverser son café, deux gamines en tutu rose qui me dépassent en sautillant. New York, New York.
Au milieu de tout ça, une salve de déflagrations, suivi d’une explosion. Un silence infini, le temps qui s’arrête, cette impression que tout passe au ralenti quand tout passe trop vite, à en perdre la tête. Le souffle de l’explosion de la station essence avait projeté au sol tout ce qui était sur son passage. Mes oreilles ne m’envoyaient aucun signal, hormis un bruit sourd, grave. Indéfinissable. J’étais tombée sur les genoux, sur les paumes, je me relevais sous l’œil ahuri des deux danseuses qui avaient échappé à l’explosion, mais qui ne pouvaient détourner leurs yeux. J’avais l’impression qu’un millier d’aiguilles assaillaient mon corps, seule au monde, dans ce monde sourd. Il s’avéra que les deux fillettes regardaient mon corps, mon dos et mes flancs plutôt, doucement rougir aux milles entailles sur mon corps, provoquées par autant de minuscules bouts de verre. Insensible aux signaux de mon corps, je m’adressais aux fillettes : Vous allez bien ? Je n’arrivais pas à entendre ma voix, alors je réessayais, plus fort, n’entendant toujours rien. Mais elles approuvèrent de la tête, se tenant par la main, n’osant pas plus bouger que moi. Je sentis le fer du sang dans ma bouche alors que je tentais de me retourner, pour comprendre ce qu’il s’était passé. Il ne restait que des morceaux enflammés, détruits, de la station-service que j’avais dépassé quelques instants auparavant.
Je me sentais seule. Seule dans ma tête, seule au milieu de ce désastre. Incapable de partir, hypnotisée à mon tour par le spectacle sous mes yeux.
Seule, alors qu’une foule déferlait, dans mon dos, sur les côtés. Je me sentais rocher au milieu des vagues déchaînées. Perdue.


[HJ : c'est couuuuuurt, désolée  :carton: ]

_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aiden Livingstone

❖ AGE : 35
❖ STATUT : en couple avec jill
❖ AVATAR : taylor kinney
❖ MESSAGES : 89
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 01/06/2014
❖ POINTS : 32

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: intrigue n°2 (sit. 4)   Dim 13 Juil - 15:04

«  C'est moi ou les gangs sont en train de nous ajouter du taff ? » en train de manger un gâteau – fait par Jill qui ne fait que ça en ce moment – je finis par le poser et regarder l'infirmière qui m'adressait la parole.  «  Ben écoute, au pire quand ca redeviendra calme on leur en redemandera hein. » La blague qui ne passa pas. « T'es un imbécile Aiden tu le sais ? » Elle eu le droit à un tirage de langue et jme levais, grognait et allait faire mes « rondes ». Je finis par finir mon taff et on me demanda de filer. Depuis que Jill avait appuyé la demande j'étais obligé de moins bosser que les autres, et je détestais ça. J'arrivais à grappiller des trucs en me cachant un pu partout mais ils savaient que j'avais aucune envie de suivre ce régime alors ils me trouvaient au final. Je prenais ma moto – ouh c'est pas bien je sais et je vous zut – et filais. En passant je pensais à lui donner à boire, j'avais plus beaucoup de carburant. J'eus pas vraiment l'occasion de m'approcher de la station qu’elle exposa. Ils allaient rire, que ce soit moi le patient. Je me relevais sans trop de difficultés, avant de griller que mon bras ne devait pas avoir aimé le vol qualifié. Mais avant que je comprenne ce qu'il se passait j’aperçus Cali plus loin visiblement blessé. Un type – des secours – vint regarder ce que j'avais je le repoussais, yavait d'autres blessés bien plus graves que moi. Et je pouvais encaisser facilement. Je m'approchais d'elle. «  Hey, bouge pas. » Pas de réaction. Elle semblait avoir les oreilles qui saignent. Je regardais doucement à l'intérieur et vis qu'il s'agissait probablement du choc, rien de grave. En revanche les bouts de verre allaient être plus inquiétant. Je demandais à un des types un kit et commençais à m'en occuper. Ça faisait étrange. Je l'installais et nettoyais une à une les plaies que les bouts de verres laissaient. Je demandais à un autre type de s'en occuper, j'avais vu une autre jeune fille se relever. Je serrai la main de Cali et lui déposais un baiser sur la joue avant de rejoindre la demoiselle quasi aussi jeune que Cali. «  Mademoiselle ? Dites moi où vous avez mal, ou si vous pouvez vous lever ? » Comme Cali avant elle, elle regardais l'état de mon bras, chose sur laquelle je m'étais même pas attardé.

_________________


i'm not there yet
but you're nearly the only one
who can save me from myself
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Reid Rogers
admin ⊹ I can't go a day
without doing wrong.

❖ AGE : trente-et-un balais
❖ STATUT : célibâtard
❖ AVATAR : aaron paul
❖ MESSAGES : 345
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 19/10/2012
❖ POINTS : 55

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: intrigue n°2 (sit. 4)   Dim 13 Juil - 15:34


J'suis un guignard de première, t'façon c'est bien connu, dès qu'y une couille quelque part, j'en suis. Un matin comme n'importe quel matin dans cette foutue New-York, rien qui ne laissait présager le désastre. J'remplis le réservoir de ma moto, sifflotant un air dont j'ai oublié le nom depuis belle lurette. Le temps de m'éloigner pour lâcher quelques billets. Des abrutis qui jouent avec le feu. Le souffle, violent, qui me projette sur le sol. La guigne, ma bécane est en flamme. - Putain de merde ! que je hurle en contemplant les restes incandescents de ma ktm. J'essaie de m'redresser, et c'est là qu'elle me travers le corps, vive, pénétrante, la douleur. Elle me fait crier de peine alors - qu'allongé face contre terre - je m'retourne pour voir ma jambe coincée sous une poutre. - BORDEL ! Fais chier, fais chier, fais chier ! J'tire de toutes mes forces, m'arrachant le jean et la peau, des grognements de rage et de haine. J'ai la vue troublée par le choc et la brasier, j'vois des formes qui courent et qui s'entrechoquent, j'perçois les hurlements et la chaleur des flammes m'fait cligner des yeux plus que de raison. - Aidez-moi putain ! que je crie à l'adresse de ces ombres qui filent à travers la fumée. - Oh ! Y a pas un con qui m'entend ! Et j'continue d'essayer de m'dégager, la rage au ventre, jurant tant et plus alors que la douleur me secoue par vague furieuse. Putain d'infortune ! J'aurais mieux fait d'rester en taule, ça arrive pas au moins, ce genre de conneries !

_________________


they'll have to deport me to the fiery deep
I guess I grew up on an old dirt road, pedal to the metal always did what I was told. I grew up fast I guess I grew up mean, and now I just wander through a real bad dream.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ava Bakhtiari

❖ AGE : 21 ans, tout juste majeure o/
❖ STATUT : c'est le cadet de ses soucis. pas de bague au doigt, c'est sûr.
❖ AVATAR : marilhéa peillard
❖ MESSAGES : 122
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 01/06/2014
❖ POINTS : 22

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: intrigue n°2 (sit. 4)   Mar 15 Juil - 7:00

Tu attends pour faire le plein, il y a encore deux voitures devant toi. Ta radio crache de la musique plein pot, vitres fermées, lunettes de soleil sur le nez, tu chantes à tue-tête, un peu faux, ces airs entraînants qui te donnent envie d’aller danser. Tu te rappelles de ces cours de conduite, là bas, chez toi, le moniteur t’avais lancé ce regard un peu dédaigneux, comme si le simple fait de venir était déjà extravagant. Pauvre con. Il avait sans doute dû se dire que tu n’aurais pas besoin de voiture, qu’un mari pourrait te conduire ou bien qu’au pire tu te débrouillerais avec les transports en commun. Tu ricanes à cette pensée ; te faire transporter, servir, ça n’a jamais fait partie de ton tempérament, tu as toujours préféré faire les choses par toi-même, au risque de passer pour une petite sauvageonne.
C’est enfin ton tour, décidément les new-yorkais sont pressés même jusque dans les stations services. Après avoir rempli le réservoir, tu entres dans la petite bicoque, ce genre de petite maisonnette un peu vétuste, comme tu en as vu des centaines dans ces films américains que tu affectionnes tant.
Tu n’as pas le temps de comprendre ce qui t’arrives, tu es projetée à l’extérieur et un sifflement te lacère les tympans. La sirène retentit, furieuse, et l’agitation se lève. Hébétée, tu ne comprends pas pourquoi on te demande si tu peux te lever, si tu as mal quelque part. « Je crois que ça ira »déclares-tu avant de porter le regard à ton chandail beige, imbibé de sang. Un picotement désagréable nait dans ton bras mais ça n'est pas insupportable, tu juges que ça peut attendre. « Aidez-moi putain ! » Tu entends la voix qui tonne, éraillée par la douleur ou la peur, ou les deux, qu’en sais-tu. Tu te lèves, constatant par là que tes membres répondent, apparemment rien de cassé. « Oh ! Y’a pas un con qui m’entend ! » Nouvel appel. Tu te diriges, un peu chancelante vers la voix, et bientôt, tu comprends pourquoi la rage suintait dans sa voix. Tu lances un juron devant cette situation, tu ne sais trop en quoi tu vas pouvoir aider ce pauvre bougre. Ce n’est pas toi avec ta force de moustique qui va dégager la foutue poutre. « Bougez pas, je vais chercher de l’aide. » Lances-tu sans réfléchir. Intelligente comme remarque, te lances une petite voix dans ta tête. Comme s’il allait se faire la malle… Un peu plus loin, tu cherches du regard le grand brin baraqué de tout à l'heure. Coup de chance. Tu lui fais signe comme une folle. « Hé, par ici. » Tant pis pour la politesse, elle n’a qu’à aller boire un café.

_________________



running from your problems

IS A RACE YOU CAN'T WIN.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calliope White

❖ AGE : +/- 20 ans
❖ STATUT : Célibataire
❖ AVATAR : Lili Simmons
❖ MESSAGES : 54
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 06/06/2014
❖ POINTS : 19

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: intrigue n°2 (sit. 4)   Ven 18 Juil - 13:20

Incompréhension.

Et puis, au milieu de cet assourdissant silence, au milieu de cet incompréhensible silence et des cendres ensanglantées, un visage familier. Aiden. Comme une bouée. Ses lèvres se mouvaient sans que je n’entende le moindre son en sortir. Mais je sut qu’il comprit le problème lorsqu’il se tourna vers mes oreilles, et plus encore quand il entreprit d’enlever les bouts de verre qui parsemaient ma peau, qui l’écorchaient, la mettant à sang. Trouée. Je laissais ses mains expertes prendre soin de ma peau, alors même que j’avais des réticences lorsque la plupart des personnes me touchaient. Mais je sentais les petites aiguilles être extraites, lentement. Et plus il les enlevait, plus j’avais mal, mal pour lui. J’avais entrevu son bras, qui n’était pas au meilleur de sa forme.
Il avait feint de ne pas s’en être aperçu, feint de ne pas ressentir la souffrance qui en émanait. Je secouais la tête en signe de dénégation, pour lui faire comprendre qu’il devrait plutôt s’occuper de lui plutôt que des autres. Mais il était infirmier, alors je supposais que c’était une sorte de déformation professionnelle. Je ne dis rien, mais il était clair qu’il savait ce que j’en pensais. Et puis, il tourna sa tête pour regarder loin sur le côté, répondant à un appel que je ne pouvais entendre. Il fit un signe, sa bouche s’ouvrit sur quelques mots inaudibles. Il m’embrassa, parti.
Un autre homme arriva pour le remplacer, mais je supportais difficilement ses mains à lui, à cet inconnu. Mais il était patient et précautionneux, et ne s’encombra pas de futilités aussi utiles que de me parler, ce que j’appréciais. Au moins, je n’avais pas à décrypter ses paroles sur ses lèvres. Je le laissais m’enlever ces échardes de verre, alors que je commençais à me bouger et à enlever les plus grosses, celles que je pouvais enlever par moi-même. Puis, doucement, je passais mes mains dans mes cheveux, détachant ceux qui s’y étaient fichés dedans. Quand je ne ruisselais plus de sang, je constatais que mes oreilles fonctionnaient de nouveau. Le processus avait été long, et mon ouïe était revenue petit à petit. Je le signalais au type qui m’avait aidé. C’est bon, maintenant. Merci ! Le dernier mot m’avait brûlé la gorge.
Et puis, d’un coup, je pris conscience de la fourmilière autour de moi, de nous. Ces lumières sur les véhicules criards, les cris, qui achevaient mon ouïe en la saturant de sons stridents. Je vis la silhouette d’Aiden s’enfoncer au milieu des décombres. Tout avait déjà explosé, donc je supposais que le danger était maintenant minime, et puis au pire, tant pis. Je le suivis, entrais à mon tour de ce qu’il restait de … la station. Il y avait pas mal de gens à l’intérieur, trop, et cette sensation de noirceur, oppressante. Je ressortis presque aussitôt, alors qu’un autre type en uniforme me dépassait pour entrer à son tour dans le petit bâtiment. Je revis les deux petites danseuses, esquissais un pas ou deux vers elles. Avant de me demander si je ne ferais pas mieux de tout simplement partir retrouver ma vie tranquille, loin des examens médicaux et des procédures en cas d’attaque …

_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: intrigue n°2 (sit. 4)   

Revenir en haut Aller en bas
 

intrigue n°2 (sit. 4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment baser une intrigue...
» Adrien Goetz : "Intrigue à l'anglaise" et autres livres
» Question qui m'intrigue...
» [collection] L'Intrigue (Gutenberg)
» debut d'une nouvelle intrigue ou fin du Manga?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE SAVE THE WORLD :: 
New York City
 :: Brooklyn
-