AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Envie de filer un petit coup de pouce à WSTW ?  :spman:  :spman: 
N'hésitez pas à remonter nos sujets ici PUB PARTY ou à voter pour nous sur le top-site
Merci  :heart:  :sad:  


Et un nouveau design /css + la maj des UN MOIS
Pour fêter l'occasion, une intrigue + une intrigue permanente ! Toutes questions et avis, c'est par ici.

Amethyst ET Kate Lawson, MEMBRES DU MOIS ! Bonne lecture et have fun <3

Partagez | 
 

 (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Pandore MacDermott

❖ AGE : 25 ans
❖ STATUT : Célibataire. Bah quoi, un baiser, ça compte pas !
❖ AVATAR : lucy hale
❖ MESSAGES : 25
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 01/06/2014
❖ POINTS : 0

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Dim 1 Juin - 19:32

Pandore MacDermott
   25 ans ◘ Artiste peintre (parfois artiste peintre de rue) ◘ Lucy Hale

    « J’ai toujours vu que pour réussir dans le monde, il fallait avoir l’air fou & être sage. »
New Yorkais ◘ Célibataire
   Russe ◘ Moscou ◘ Hétérosexuelle


Ce que l'on remarque en premier quand on voit Pandore, c'est qu'elle est souriante. A la voir, on se laisse aisément duper pour croire que sa vie est belle, que rien ne peut entacher sa bonne humeur et son côté positif. Cependant, lorsqu'on lui parle un peu plus, on comprend que ses sourires sont juste une façade, un moyen pour elle d'emmerder la vie et les merdes qu'elle peut mettre sur le chemin des gens. Si Pandore est sociable et chaleureuse, elle est également blasée et cynique, mais elle le cache sous un sourire éclatant et une imagination débordante, et le garde de toute manière pour elle, cela ne se voit qu'avec les remarques qu'elle peut parfois sortir. Elle sait mieux que quiconque à quel point la vie peut être sombre, douloureuse et oppressante, mais elle part du principe qu'il est inutile de passer le peu de temps qu'on nous laisse à se complaire dans ses problèmes à la con. C'est en effet une chose qu'elle déteste voir dans ses congénères : ils se plaignent, pour un oui ou pour un non, oubliant que certains, dans le monde, ont de réels problèmes - nettement plus graves qu'une coupe de cheveux ratée ou qu'un lave-vaisselle qui tombe en panne juste avant un gros repas - mais qu'ils ne passent pas leur temps à rabâcher les oreilles des gens avec.

Cela dit, ça ne l'empêche pas d'être de celles qui vous rendent le sourire par de belles paroles, par son écoute et sa présence. Car oui, Pandore est comme ça, elle est présente pour les siens, à l'écoute. Elle déteste voir les gens tristes, peu importe les raisons de leur souffrance par ailleurs, car ça résonne trop douloureusement en elle pour qu'elle puisse rester les bras croisés. Dans ce cas, elle se plie en quatre pour leur rendre le sourire, leur illuminer leur journée. Pour être honnête, ça, elle le fait sans même en avoir conscience. Avec elle, il est impossible de rester ronchon tant elle est solaire et semble de bonne humeur. Sans oublier qu'elle ne se prend pas du tout au sérieux. Pour elle, le ridicule ne tue pas (elle a déjà un problème de cœur, si en plus le ridicule veut la tuer, autant l'achever de suite !). C'est d'ailleurs pour ça qu'elle s'habille comme elle, se fait les teintures les plus insolites qui soit... La jeune femme est également drôle, sans doute parce qu'elle n'a justement pas peur de se ridiculiser.

Elle croque la vie à pleine dents, parfois un peu trop, car elle donne l'impression d'être hyperactive. Ce qu'elle est en réalité, car elle ne tient pas en place, et ne veut pas perdre une minute en restant inactive. N'oublions pas qu'elle est gravement malade, donc, pour elle, le temps file trop vite.... Si sa maladie ne l'empêchait pas de vivre sa vie autant qu'elle le voudrait, elle serait une véritable tête-brûlée, sportive et imprudente. Cela dit, ça ne l'empêche pas de jouer avec sa vie en faisant du sport, souvent sans l'avis de son médecin, mais il est inutile de tenter de la résonner : elle est têtue. Sans oublier qu'elle estime que sa vie lui appartient, à elle et uniquement à elle, alors elle en fait ce qu'elle désire. Notre jeune amie est également fêtarde, l'avoir à sa fête, c'est avoir la garanti de s'éclater. Insolente et ironique, elle se fait facilement des ennemis par son franc parler,.

N'oublions pas non plus qu'elle est très curieuse, parfois trop, ce qui augmente son côté gonflant. Même si, au fond, elle est très attachante. Car elle est généreuse et adore couvrir les siens de cadeaux. C'est typiquement le genre de fille à mettre en avant le bien-être des autres avant de penser à elle. Solidaire, elle aime d'ailleurs donner de son temps pour des œuvres caritatives, c'est ainsi qu'elle va voir des enfants malades, dans des hôpitaux, déguisée en clown, pour les distraire, leur lire des histoires et leur faire des dessins. Elle n'hésite pas non plus à donner de l'argent à diverses associations, mais elle est riche, alors pourquoi ne dépenserait-elle pas son argent pour des choses importantes et utiles ? Entière, elle ne jouera jamais le jeu de l'hypocrisie, et ça l'agace parfois, lorsqu'elle parle avec des ami(e)s. Car elle sait que toute vérité n'est pas bonne à dire, et elle déteste mentir. OK, elle ne parle pas souvent de sa maladie, mais c'est pas un mensonge, juste un fait qu'elle dissimule, car elle ne veut pas voir la pitié dans le regard des gens qu'elle rencontre si elle venait à leur annoncer qu'elle est en sursis, et elle se refuse à inquiéter ses proches en leur rappelant qu'elle a une épée de Damoclès suspendue au dessus de sa tête.

Quand elle aime, elle aime totalement, de même lorsqu'elle déteste ! En amitié, elle est loyale, de même qu'en amour, bien qu'elle n'ait jamais été réellement amoureuse. Et si elle veut râler, elle le fera sans se poser de questions, de même si elle veut bouder, comme une gamine. Ouais, au fond, elle est encore pas mal gamine, un brin immature, accro aux jeux vidéos et aux mangas. Et on remarque cela plus facilement lorsque l'on sent en elle le manque de confiance qu'elle dissimule sous ses sourires et son côté joueur. Pandore, c'est typiquement le genre de filles qui ne l'avouera jamais, car trop fière pour le faire, mais qui a besoin qu'on la réconforte.

Indépendante, vous ne l'entendrez jamais dire à quiconque qu'elle peut avoir besoin de lui/d'elle. Si Pando écoute, elle parle très peu, elle est très secrète. Elle n'aime pas s'étendre sur ses problèmes, ayant toujours l'impression de gêner les autres, sans oublie d'évoquer le fait qu'elle ait du mal à accorder sa confiance. Elle est très méfiante, et rancunière : ne vous la mettez pas à dos, ne perdez pas sa confiance, vous ne la récupérerez jamais !

On doit aussi évoquer qu'elle est tête en l'air : elle a une mémoire de poisson rouge, arrive en retard à tous ses rendez-vous, bref, elle est chiante. Ah, et elle est aussi bordélique. Et ne tentez pas de venir faire du ménage chez elle : elle ne retrouvera plus rien. Elle aime son bordel, et sait où trouver ce qu'elle recherche sans passer des heures à tenter de mettre la main sur l'objet attendu. Il ne faut pas oublier non plus son côté protecteur : si elle sait défendre ses propres intérêts par ses mots ou par ses poings, elle en fait de même lorsqu'il s'agit de veiller sur les siens. Evitez donc de vous attaquer à sa famille ou à ses amis, et vous ne verrez alors pas son côté vraiment chieur.... Impulsive, elle est très surprenante dans ses réactions et imprévisible. La jeune femme est aussi très gourmande, elle a toujours des choses à grignoter à portée de main. De même, elle a toujours de quoi dessiner/peindre/gribouiller. Elle dessine souvent sans même s'en rendre compte, c'est presque un réflexe pour elle. Et comme beaucoup d'artistes, ses œuvres sont le reflet de tout ce qu'elle n'ose ni ne sait dire.

Pandore, c'est presque la personnification de Janus : elle est ouvertement enjouée et gamine, mais lorsqu'on gratte un peu sous la surface, on découvre qu'elle est blessée par son passé et nettement moins naïve/stupide qu'on ne pourrait le croire. Pandore, c'est quelqu'un de riche qui n'a jamais joué de sa richesse, qui déteste qu'on la prenne pour une gosse de riche, pourrie gâtée uniquement à cause de son nom de famille sans même avoir appris à la connaître. Pando', c'est une fille cultivée, qui peut vous parler avec autant d'aisance de la vie de Mozart que des romans de Molière, mais elle n'est pourtant pas du genre à étaler son savoir, loin de là même. Pandore, c'est quelqu'un qui dessine quand elle a envie de pleurer, qui gratte de sa guitare en chantant quand elle est triste, et qui vous sourit avec éclat alors qu'intérieurement elle se sent mal. Pandore, c'est la fille qui danse dans la rue sans se soucier du regard des gens, la fille qui court après la vie parce que la Mort lui court après. Pandore, c'est celle qui va dans un bar et qui passe la nuit avec un inconnu juste pour qu'on la serre contre soi. Pandore, c'est la folle qui se fait des couleurs capillaires farfelues juste pour illuminer sa vie et celles des autres. Pandore, c'est la fille qui a un cœur gros comme ça et qui pourtant a une cardiopathie congénitale. Pandore, c'est la fille qui s'enfile ses médicaments en râlant mais qui le fait quand même car elle refuse de mourir, car elle a peur qu'on l'oublie, car elle ne veut pas mourir sans avoir vraiment aimé et sans avoir été réellement aimé. Pandore, tu vas l'adorer ou la détester en deux secondes, pour changer d'avis dans deux minutes, et au final, soit tu vas l'adorer réellement, soit tu ne voudras plus jamais la voir, tu voudras soit être présent pour elle, soit lui pourrir la vie. Pandore, c'est la fille que tu croises, qui s'enfile un carré de chocolat tout en peignant ton portrait. Pandore, c'est la fille qui peut traverser ta vie aussi brièvement qu'une étoile filante ou la parcourir plus longuement, mais dans tous les cas, elle te marquera, à jamais.

   



   
Cacahuète
   behind the screen ('tention, ça rigole plus !)


Yo ♥️
Moi, c'est Angélique, mais je préfère qu'on m'appelle Angie, et sur le net, on me connait sous le pseudo de Cacahuète. J'suis folle, j'ai un certain âge, et en général, je peux venir au moins une fois par jour. Même si j'avoue qu'en ce moment, ma motivation rpgique est en berne, mais je travaille dessus ! Si vous la voyez passer quelque part, soyez gentils, et renvoyez-la moi, la gueuse ! Et j'ai découvert ce forum parce qu'une vile personne fourbe a fini par me convaincre de venir sur TIA, puis TIA a fermé, et là, c'est un certain Derek qui a décrété qu'il fallait que Pando débarque à NY, quitte à la faire venir ici en la tirant par les cheveux.... (Soit-disant pour la soigner, mais bon, je suis sceptique !  Suspect ) Ouais, après la joueuse qui m'embête, c'est l'un de ses persos qui embête mon innocente Pando !  :puppy eyes: Vous pourriez pas appeler les secours pour moi, SVP ?   

_________________
♫ La chance c’est un train qui passe, un pote qui te paie un verre, un singe qui fait la grimace, un coup de pied au derrière ! C’est le soleil qui se lève, c’est le soleil qui se couche ! C’est avoir toujours des rêves, même si ceux-là sont farouches ! ♪
   La Rue Kétanou


Dernière édition par Pandore MacDermott le Jeu 5 Juin - 15:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pandore MacDermott

❖ AGE : 25 ans
❖ STATUT : Célibataire. Bah quoi, un baiser, ça compte pas !
❖ AVATAR : lucy hale
❖ MESSAGES : 25
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 01/06/2014
❖ POINTS : 0

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Dim 1 Juin - 19:34

citation citation citation citation


Pando & Jeffreys Bay :

C’est avec une indéniable nonchalance que Pandore est assise sur le fauteuil, jaugeant du regard l’homme qui lui fait face. Son air sérieux la fait sourire, ainsi que sa manie à s’agripper à son carnet comme s’il s’agissait d’une bouée, sans oublier sa tendance à noter ce qu’elle peut lui dire. Pour l’heure, elle ne s’est guère ouverte à lui, non pas qu’elle ne soit pas habituée à consulter un psy, juste qu’elle ne se sent guère à l’aise en présence d’inconnus. Et l’homme en face d’elle est son nouveau psy. Soufflant, le quadragénaire rompt le silence : « Vous savez que si vous ne me parlez pas, je ne vous serai guère utile. ». Un sourire ouvertement ironique fend le visage de l’artiste, qui finit par prendre la parole, avec un brin de moquerie dans la voix : « Que puis-je vous dire ? N’avez-vous donc pas étudié le dossier que vous a envoyé mon ancien psy ? ». La raillerie de sa patiente ne semble guère plaire à l’homme, qui rétorque d’un ton masquant mal son agacement : « Si, avec attention, mais je préfèrerais apprendre à vous connaître à travers vos propres mots qu’avec ceux de mon collègue. ». Cette remarque fait à nouveau sourire Pandore, mais cette fois, son sourire gagne son regard, nimbant ses yeux azurs d’une lueur malicieuse : « Si le Dr O'Donovan a bien fait son boulot, vous avez lu mes propres mots retranscrits par ses soins au cours de nos nombreuses séances... Mais soit, puisque vous insistez.... » Pandore se vautre un peu plus dans le fauteuil, avant de reprendre la parole. « Bon, alors... par quoi commencer ? Je suis venue à Jeffreys Bay pour respirer un peu, me détacher de ma famille. Quand vous êtes malade depuis votre naissance, étrangement, les gens vous couvent un peu trop, vous comprenez ? ». Son interlocuteur hausse un sourcil, visiblement peu convaincu par son explication. « Votre venue ici n’a donc rien à voir avec votre mariage avorté avec... Duncan ? », demande-t-il en fouillant dans le dossier de sa patiente pour retrouver le prénom de celui qui aurait dû la prendre pour épouse, une poignée de semaines plus tôt. L’homme a la surprise, en levant le nez de son dossier, de voir la jeune femme aux cheveux de toutes les couleurs ou presque, esquisser un sourire amusé teinté d’ironie. « Pourquoi fuirais-je Duncan ? Je n’en étais pas amoureuse ! ». Avisant que l’un des sourcils de son psy se redressait, Pandore n’attend même pas qu’il pose la question qui lui brûle les lèvres pour y répondre : « C’était lui ou personne. Je tenais assez à lui pour lier ma vie à la sienne pour quelques années et fonder une famille avec. Vous savez, il n’y a pas beaucoup de personnes qui se sentent prêtes à se marier avec une personne aussi lourdement malade que moi. A croire qu’on est les seuls qui soient potentiellement voués à mourir avant que leurs os ne se fassent vieux. Mais il faut arrêter de rêver, même vous, vous pouvez mourir demain. Rupture d’anévrisme, accident de voiture.... La Mort est partout, la seule chose qui nous différencie, c’est que moi, j’ai conscience qu’elle se tapie, depuis toujours, ici. », dit-elle en posant quelques secondes sa main droite sur son cœur. Son regard se fait plus sérieux quelques secondes, montrant la profondeur qu’elle dissimule sous des sourires insouciants. Elle secoue la tête, faisant danser sa chevelure si unique, pour retrouver son habituel sourire et reprendre son discours : « Bref, Duncan, c’était surtout pour ne pas finir seule. Et parce que je voulais une famille. Non pas avoir des enfants, je ne suis pas assez stupide pour donner la vie à des gamins en sachant que je risque de leur filer mon cœur merdique, je préférerais encore adopter. Mais je voulais avoir moi aussi une vie normale. La garantie que quelqu’un me retrouverait chez moi, chaque soir, avec plaisir, que quelqu’un m’épaulerait dans toutes les phases de ma maladie.... » Perdue dans ses pensées, la jeune femme marque un temps d’arrêt. Il est rare qu’elle parle d’elle de la sorte, de ce qui la préoccupe réellement. A dire vrai, elle ne le fait qu’à l’abri du cabinet de son psy.

« Pourquoi avoir choisit cette ville précisément ? Vous avez les moyens de faire le tour du monde, pourquoi être venue ici ? », finit par demander doucement l’homme afin de regagner l’attention de Pandore, qui hausse les épaules. « J’ai pris une mapemonde, et j’ai désigné ma destination au pif. Il me fallait juste changer d’air, donc, ça m’arrange que le destin m’ait fait venir ici. ». Son interlocuteur prend note tout en l’écoutant et en l’interrogeant : « Pourquoi ne pas avoir choisit la Russie ? Pourquoi ne pas avoir voulu retourner dans votre pays natal ? ». Pandore se redresse vivement et foudroie des yeux le psy, son pays natal a toujours été un sujet sensible pour elle. « Qu’est-ce que j’aurais à y foutre ? J’y ai passé un peu plus de 4 ans, et croyez-moi, c’est pas des années dont je souhaite me souvenir.... Ma mère était une pute dépendante à toutes les merdes au monde, et mon père était son enfoiré de mac qui la tabassait quand elle ne se pliait pas en quatre pour satisfaire ses clients. Ces porcs venaient chez nous. Grandir en voyant soit votre mère se faire sauter par des connards dans toutes les pièces de votre pathétique appartement, soit en entendant leurs halètement car votre mère vous a enfermé dans un misérable placard et dans le noir, pour que vous ne la dérangiez pas, c’est loin d’être agréable, si vous voulez mon avis. Quand ma génitrice est morte, j’en ai ressentit un certain soulagement. J’avais trouvé macchabé dans son lit, et ça me faisait rien. J’en ai ressenti de la joie, parce que c’était enfin fini. Et j’attendais ma fin. Pendant quelques secondes, ouais, j’ai voulu mourir. J’avais que 4 ans, et je n’attendais déjà plus rien de la vie. Puis quelques heures plus tard, il est venu, il m’a vu, il l’a vu, et il m’a dit que comme il avait perdu l’un de ses jouets, je la remplacerai. Il voulait que je rejoigne ses troupes, il voulait devenir mon mac. Vous vous rendez compte, mon propre père voulait me foutre dans cette merde ? J’ai échappé de peu à ce funeste destin d’ailleurs, deux semaines plus tard, son réseau a été démantelé par la police. Et j’ai été confié à un orphelinat. Par chance, je n’ai pas eu longtemps à attendre pour qu’on souhaite m’adopter.... » Un sourire emplit de tendresse trône à présent sur son visage, même si l’air de ce dernier est des plus sérieux. Pandore est toujours très touchée lorsqu’elle pense à sa famille adoptive, les MacDermott, une riche famille de néo-zélandais qui sont tombés sous son charme lors de vacances en Russie. « Ils m’ont sauvé la vie. Pas uniquement parce qu’ils m’ont empêché de vivre une vie misérable en Russie et potentiellement épargné de vendre mon corps pour gagner de quoi vivre, mais surtout parce qu’il serait venu un jour ou, tôt ou tard, j’aurai baisser les bras. Sans eux et sans leur amour, je me serai foutue en l’air mille fois. Sans compter que mon cœur aurait eu raison de moi, je n’aurai pas eu les moyens de m’offrir les traitements qu’ils n’ont cessés de financer. ». La jeune femme noue ses cheveux multicolores en un chignon lâche, ce qui met en avant son visage aux traits si délicats. « Vous vous sentez toujours coupable d’être malade ? Vis-à-vis de vos frères et sœurs ? », demande soudainement l’homme. « Bien sûr. Même vis-à-vis de mes parents. Je veux dire : lorsqu’ils m’ont adoptés, personne ne savait que j’étais malade. Ils ont donc adoptés une gamine qui était normalement en bonne santé. Et au lieu de ça, ils ont découvert à mes 5 ans que mon cœur était excessivement fragile ! Ca a chamboulé leur mode de vie. Ainsi que celle du reste de la famille. Eden, ma sœur aînée, leur fille biologique, s’est retrouvée contrainte de passer au second plan. Alors qu’elle avait pour habitude d’être le centre de leur monde. ». La jeune femme s’étire tout en songeant à Eden. Trois ans les séparent, et pourtant, elle a l’impression qu’il y a tellement plus d’années d’écart entre elles. « Logan, quant à lui, il a dû s’habituer à voir ses parents un peu moins présents pour lui. Déjà qu’à cause de leurs boulots, ils n’étaient pas souvent à la maison, mais là, c’était pire, quand ils n’étaient pas au travail, ils étaient avec moi, m’amenant voir divers spécialistes, les plus réputés, bien entendu. ». Pandore se mordille sa lèvre en songeant à Logan. Ils ont toujours été très proches malgré tout, même si deux ans les séparent, même si elle a toujours l’impression de l’avoir privé de ses parents, elle, la pièce rapportée à cette famille si parfaite. « Et enfin, Danielle, la petite dernière, qui a vu ses parents encore moins souvent que les autres, vu qu’elle est née quand j’avais 7 ans. ». Oui, Pandore a conscience d’avoir totalement bouleversé la vie de sa famille adoptive, et pas forcément en bien... « Et ils vous manquent ? ». Pandore ricane avant de répondre. « Mes parents ? Plus ou moins. Disons que je les aime plus que tout et que je leur suis reconnaissante pour tout ce qu’ils ont fait pour moi, et qu’ils continuent d’ailleurs à faire. Mais ils m’ont trop couvé, vraiment. Parfois, j’avais l’impression d’être Raiponce, c’est pour dire ! Quant à mes frères et sœurs.... Je ne suis en contact qu’avec Logan. Disons que surprendre votre sœur se taper votre fiancé, le matin même de votre mariage, ça ne vous donne guère envie de renouer le contact avec elle. Et Danielle a toujours pris le parti d’Eden... ». Pandore hausse les épaules, comme si cela ne lui faisait ni chaud ni froid, mais son psy sent bien qu’elle en souffre, qu’elle se contente, comme à son habitude, de cacher cela sous un masque d’immaturité. « Selon vous, pourquoi Eden a-t-elle été jusqu’à vous faire cela ? » « Oh, mais tout simplement parce qu’elle n’a jamais supporté que je lui ai volé une partie de l’attention que les parents lui accordaient. Et aussi que j’étais meilleure qu’elle en classe. Elle a été une bonne élève, mais j’en ai été une bien meilleure qu’elle. Je crois aussi qu’elle voulait me voler mes petits amis. Je la soupçonne d’ailleurs d’avoir été à l’origine de certaines de mes ruptures... Et pour Duncan, non seulement, elle le voulait parce que moi, je l’avais eu et pas elle, et en plus, sa fierté d’aînée en a pris un coup en voyant que j’allais être la 1ère de nous deux à me marier... »

La jeune femme se lève, ne supportant pas de rester assise trop longtemps. Elle fait les cents pas dans le cabinet, observant les divers bibelots qui s’y trouvent. Pendant quelques minutes, elle interroge son psy pour connaître la signification de tout ce qui décore les lieux. L’homme se laisse faire, sentant bien qu’elle veut détourner la conversation d’elle quelques temps, pour retrouver sa contenance et sa légèreté. Mais il ne tarde pas à revenir à la charge. « Et concrètement, vous attendez quoi de votre séjour ici ? ». Pandore fait alors volte-face pour le regarder dans les yeux. Les mains derrière le dos, la tête penchée sur le côté, elle a véritablement l’air d’une enfant. « Pas grand-chose, juste un nouveau départ. Qu’on ne me regarde pas parce que je suis issue d’une riche famille néo-zélandaise. Ne plus avoir l’impression de vivre dans la Terre du Milieu aussi. », dit-elle avec un petit sourire amusé, car, au fond, elle est très fière de son pays, et de sa ville, Matamata, qui est connue par beaucoup pour avoir servit de décord à Hobbitebourg. « Arrêter de voir des gens qui me prennent pour une riche héritière un peu folle. Et croiser moins souvent des gens qui savent que je suis malade. Ah, et vivre, simplement... ». Le ton employé par la jeune femme intrigue l’homme, qui demande alors : « Avez-vous arrêté votre traitement ? ». Pandore lève les yeux au ciel tout en secouant négativement la tête. « Vous me prenez pour qui ? Non, je le continue toujours, mais on ne sait pas de quoi demain est fait. Je veux juste... M’amuser un peu. C’est bon, on a fini, j’aimerai aller m’aérer un peu l’esprit là ! ». Le psy pousse un soupir en voyant que l’heure de la consultation touche en effet à sa fin, il hoche cependant positivement la tête. « On se revoit la semaine prochaine alors. Même jour même heure ! », lance Pandore avant de récupérer ses affaires et de sortir à la découverte de son nouvel air de jeux, qu’elle n’a pas encore pu découvrir tout son soûl depuis la quinzaine de jours qu’elle est ici.

Pando & New York :

Le séjour africain de l'excentrique jeune femme fut plus court que prévu. Elle aurait dû rester deux ans là-bas, aussi bien pour travailler que pour se relaxer et profiter du pays. Mais elle n'y est même pas restée un an, tout juste 10 mois. Elle fut bien entendu accompagnée de son assistante/nurse : Tallulah. Celle-ci continuait à prendre soin de la jeune femme. Mais elle ne fut pas la seule à s'occuper de Pando, l'artiste fit la rencontre de Derek, qui se mit en tête de prendre soin d'elle également, à sa façon. Il fit des recherches sur la maladie dont elle souffrait, et entendit parler d'un excellent médecin officiant à New York, qui pourrait l'aider. C'est ainsi que Pando fini par quitter l'Afrique. Seule avec Derek. Où était Tallulah ? Vous avez entendus parler de la tornade qui a balayé une partie de Jeffreys Bay, qui a, entre autre chose, détruit entièrement le San Marco Hôtel ? Pour faire simple, on va dire que Tallulah était toujours à l'hôtel à ce moment-là...

Voici donc comment Pando fit son arrivée à New York. Sans celle qui l'avait suivit et épaulée durant des années. Prête à rencontrer un médecin qui lui permettrait peut-être de guérir, ou du moins, de souffrir moins de sa maladie. Bien que concernant cela, elle ne se fait guère d'illusion : il vaut mieux si elle ne souhaite pas être déçue ! C'est pour Tallulah surtout qu'elle a acceptée, car elle sait que la femme lui en voudrait d'abandonner de la sorte, et de toute manière, baisser les bras, ça ne ressemble pas à Pando. Et cette qualité, Pando en aura besoin en Amérique, car ça promet d'être riche en rebondissements. Mais Pando ne se prend pas la tête, elle prend la vie comme elle vient, suivant le fameux Carpe Diem qui est son mantra depuis des années maintenant. Ce principe, elle l'applique à tout les niveaux d'ailleurs. Même concernant Derek et le baiser qu'ils ont échangés en se rendant à New York : trop réfléchir ne mène à rien, ce passera bien ce qui devra se passer, non ?

   

_________________
♫ La chance c’est un train qui passe, un pote qui te paie un verre, un singe qui fait la grimace, un coup de pied au derrière ! C’est le soleil qui se lève, c’est le soleil qui se couche ! C’est avoir toujours des rêves, même si ceux-là sont farouches ! ♪
   La Rue Kétanou


Dernière édition par Pandore MacDermott le Jeu 5 Juin - 15:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Saren Pearce

❖ AGE : 37 ans
❖ STATUT : Celibataire
❖ AVATAR : Sam Worthington
❖ MESSAGES : 112
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 29/05/2014
❖ POINTS : 12

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Dim 1 Juin - 21:52

yeah ! Pandore avec une jolie girafe !


Bienvenue parmi nous :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maya Torres

❖ AGE : 31 Ans
❖ STATUT : the law
❖ AVATAR : kristin kreuk
❖ MESSAGES : 409
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 23/11/2012
❖ POINTS : 20

Voir le profil de l'utilisateur http://wstw.fr1.co/f39-quartiers-residentiels
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Dim 1 Juin - 23:01

:shower: :shower: :shower: 

_________________

you're the worst
i'm sick of you
but damn i love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tyler Carter

❖ STATUT : En couple avec Maya (même qu'il survit)
❖ AVATAR : Jesse Lee Soffer
❖ MESSAGES : 24
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 27/05/2014
❖ POINTS : 2

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Dim 1 Juin - 23:16

Pandore est làààà =D Rebienvenue choupie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sandro di Marco

❖ AGE : vingt-neuf ans
❖ STATUT : célibataire, et amoureux, cet idiot
❖ AVATAR : ian somerhalder
❖ MESSAGES : 17
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 01/06/2014
❖ POINTS : 1

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Lun 2 Juin - 7:03

Bienv'nue par ici  :lapin: 

_________________


love hurts, it rips you apart.
I learned it in rehab. It's all about accepting who you really are. I accept who I am. - And who are you ? - I'm the bad guy.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pandore MacDermott

❖ AGE : 25 ans
❖ STATUT : Célibataire. Bah quoi, un baiser, ça compte pas !
❖ AVATAR : lucy hale
❖ MESSAGES : 25
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 01/06/2014
❖ POINTS : 0

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Lun 2 Juin - 7:16

Merci pour l'accueil !   I love you 

Héhé, Pando a ramené une girafe d'Afrique ! C'est son animal de compagnie et son doudou !  :colgate: Ouais, elle est retombée en enfance et a appelé sa girafe Sophie !  :haha: 
*Va se motiver à faire la MAJ de la fiche de Pando au lieu de dire des conneries*

_________________
♫ La chance c’est un train qui passe, un pote qui te paie un verre, un singe qui fait la grimace, un coup de pied au derrière ! C’est le soleil qui se lève, c’est le soleil qui se couche ! C’est avoir toujours des rêves, même si ceux-là sont farouches ! ♪
   La Rue Kétanou
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samantha Reed
Admin ⊹ I'm here for you anytime

❖ AGE : 34 ans
❖ STATUT : Un coeur à prendre
❖ AVATAR : Erica Durance
❖ MESSAGES : 141
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 20/01/2014
❖ POINTS : 35

Voir le profil de l'utilisateur http://wstw.fr1.co/f56-quartiers-residentiels
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Mar 3 Juin - 19:32

Une girafe pour animal de compagnie ? Ca c'est une bonne idée. Je veux la même  Laughing 

Bienvenue à New York  :mate: 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mike Sopanen

❖ AGE : 33 ans
❖ STATUT : Célibataire
❖ AVATAR : Alexander Skarsgard
❖ MESSAGES : 62
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 02/06/2014
❖ POINTS : 17

Voir le profil de l'utilisateur http://wstw.fr1.co/f56-quartiers-residentiels
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Mer 4 Juin - 11:29

Cacahuète comme la cacahuète de Best ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Mer 4 Juin - 21:12

Bah oui mdr. C'est ma grenouille à moi <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Jeu 5 Juin - 6:38

MOI AUSSI JE VEUX UNE GIRAFE !!!!!!!!!!!  :yeeh: 
Bref Rebienvenue jeune fille, ravie de te revoir Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Upton Kadebe

❖ AGE : 25 ans
❖ STATUT : Célibataire
❖ AVATAR : Michael B. Jordan
❖ MESSAGES : 78
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 01/06/2014
❖ POINTS : 8

Voir le profil de l'utilisateur http://wstw.fr1.co/f39-quartiers-residentiels
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Jeu 5 Juin - 11:53

PANDOOOOOOOOOOOOOOOO !  :mate: 
Bon courage pour la fin de ta fiche !  :spman: 

_________________

Et rappelez-vous toujours
qu'un sourire coûte
moins cher qu'une balle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pandore MacDermott

❖ AGE : 25 ans
❖ STATUT : Célibataire. Bah quoi, un baiser, ça compte pas !
❖ AVATAR : lucy hale
❖ MESSAGES : 25
❖ NEW YORKAIS DEPUIS : 01/06/2014
❖ POINTS : 0

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Jeu 5 Juin - 14:46

Merci ! ♥️

Sam & Ellie : Ah non, vous avez pas le droit d'avoir aussi une girafe, sinon, je porte plainte ! Ouais, j'ai mis des droits d'auteur sur ça ! XD Mais je peux vous prêter la mienne, parce que je suis trop gentille !  Laughing 

Mike : Et ouais, tu vas devoir me supporter ici aussi !  Rolling Eyes J'te plains ! XD

Uptoooooon !!  :lov: 

Allez, je me mets à ma fiche de suite !  

_________________
♫ La chance c’est un train qui passe, un pote qui te paie un verre, un singe qui fait la grimace, un coup de pied au derrière ! C’est le soleil qui se lève, c’est le soleil qui se couche ! C’est avoir toujours des rêves, même si ceux-là sont farouches ! ♪
   La Rue Kétanou
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   Jeu 5 Juin - 16:37

bienvenue sur WSTW
tu es validé
c'est parti !

Et voilà, t'as réussi, t'as fini ta fiche. A présent que t'es validé, c'est parti pour organiser tout ça. Pour bien démarrer sur le fo suis ces petites indications et hop. Déjà, pour être pleinement validé, rempli ton profil entièrement et recense toi, ainsi que ton métier puis ton statut, et enfin ton compte. Ensuite n’hésite pas à te créer un téléphone. Pour te lier aux autres, il te faudra poster ta fiche de liens.. Si tu veux des amis/amants/voisins/le facteur/, n'hésite pas à poster ce que tu souhaites ici. Tu auras le choix avec trois modes de scenarios. Pense à jeter un oeil aux points, afin de savoir comment cela fonctionne, par ici. Et bien sur pour que notre petit forum grandisse n'hésite pas à faire de la pub pour nous ♥ (en plus tu gagnes des points !). Tu as tout fait ? Alors vas y fonce, et amuse toi !



Jte laisse poster dans l'intrigue <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Lucy Hale) - « L’avenir est ce qu’il y a de pire dans le présent ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sara Shepard : Pretty little liars
» Les autres livres de Lucy Maud Montgomery
» L'avenir des "méchants" dans Bleach ...
» L'avenir de Pokémon
» Avenir quizz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE SAVE THE WORLD :: 
Who do you think you are
 :: Présentations :: Vous voilà !
-